malfaiteur

Publié le par lo

Il est là, tapi dans l'herbe.

Il attends sa prochaine victime.

Le temps s'écoule lentement, la tension qu'il ne relâche jamais -un moment d'inattention et c'est une victime manquée- fait qu'il est particulièrement sensible à son environnement : les insectes bourdonnent autour de lui, les brins d'herbe bruissent avec le petit souffle d'air, on entend le pépiement incessant des oiseaux...

Il se fait la réflexion que vraiment, cette année, on aura eu un temps pourri au printemps : le soleil n'arrive pas à percer la couche de nuage épais qui traîne sur la région depuis une dizaine de jours, et la température est loin d'être de saison. Il n'a pas trop de moyen de comparaison non plus, vu qu'il n'était pas encore dans le business l'an dernier : il ne peut se fier qu'aux légendes urbaines qui circulent dans le carré d'herbe qu'il occupe.

Bon, il faut voir le bon côté des choses, ces conditions météorologiques permettent aussi qu'ils soient moins nombreux à attendre, il regarde avec mépris les quelques concurrents potentiels qui n'ont même pas terminé leur développement dans son secteur!

Il patiente depuis déjà plusieurs jours, et cette attente est propice à l'introspection : non, il n'a pas toujours été mauvais.

En fait, il ne sait pas trop comment le virage s'est fait : marre d'être méprisé, d'être piétiné sans pitié...

Pourtant, il n'est pas difficile de retrouver l'évènement traumatisant, n'importe quel psychologue de comptoir en serait capable : c'est quand il a vu son ami d'enfance se faire dévorer. Comme ça, alors qu'ils étaient encore jeune, en pleine croissance. Il a refoulé ce souvenir le plus loin possible, mais parfois il se réveille la nuit en sueur...


Soudain, un silence anormal se fait sur le carré : quelque chose avance.


Il se prépare, et espère se trouver sur la trajectoire de sa victime. La concentration est maximale. Pour des raisons techniques, il ne peut pas se mettre volontairement sur le chemin de sa proie : il faut que ce soit elle qui prenne la bonne direction.

Il s'agit d'un chien, un Cocker, la truffe vissée au sol, qui semble suivre une piste très accidentée, un coup à droite, un coup à gauche, 3 pas en arrière...

Il sent que son heure de gloire approche. il faut rester calme, ne pas s'emballer, savoir sauter au bon moment... Et après, le plus dur restera à faire, il faudra avancer, lentement et obstinément, en utilisant les poils, le plus loin possible.


Le chien s'approche...


Ca y est! Il a réussi! Il est bien accroché, sur le pavillon en plus, place royale!


Il va pouvoir y aller... destination : tympan. Un peu classique, il aurait aimé faire original comme un cousin qui lui avait pu tracer un sillon parallèle au pénis sur un westie, mais bon. Il faut savoir se contenter de ce qu'on a. Son but sera atteint lors de la rupture de la membrane tympanique : la douleur pour la victime est intense,  et la joie immense pour notre malfaiteur.

Le temps passe, il a pas mal avancé, il en est à la partie horizontale du conduit auditif. Il sent bien que le chien secoue la tête, mais ça ne fait que renforcer sa progression.


Soudain, une lumière vive l'aveugle, et il voit avec horreur un instrument métallique s'approcher à la vitesse de l'éclair vers lui, et le saisir par un pied : en quelques secondes, le voilà défait. Humiliation suprême, il se retrouve accroché comme un trophée sur une compresse, ou il retrouve d'autre compagnons d'infortune.


La déception est immense...Il ne sera même pas allé loin!


Il ne fera même pas partie des martyrs de son espèce, ceux qui ont été capturés par l'ennemi, certes, mais qui ont pu faire des dégâts considérables (celui qui avait été inhalé, avait réussi à remonter via les bronches, avait bifurqué par les poumons avant de ressortir entre 2 côtes en laissant un paysage dévasté derrière lui par exemple, on en parle encore des 2 côtés du conflit)...

 

 

 

 


Dure, la vie d'un épillet (photo à venir)

Publié dans Real-life au boulot

Commenter cet article

steph 01/07/2010 07:03



arggg ces saletés d'épillets !! je les hait !!!


très bon récit :) palpitant !!!



apolonia 22/06/2010 09:00



bonjour .. je ne suis pas veto..juste une maman de 4 momes ,nous possedons un chow chow(plutot une chowchowte ) un chat  un lapin et un hamster :-)) ...  de quoi aller bien souvent
chez le veterinaire ...


j'aime beaucoup votre blog !!!



lo 25/06/2010 19:59



merci c'est gentil!!



houba 16/06/2010 22:26



oui très très dur!!



Pupucefreewoman 15/06/2010 15:55



Mais c'est redoutable ces trucs-là !



Smoochy 15/06/2010 14:45



Voila un récit peu banal pour un bobo très banal, mais qui peut être vraiment problèmatique.


Celui qui a perforé les poumons o_O je pensais pas qu'il pouvait aller aussi loin en passnt par la truffe.


Suis bien heureuse que ceux que mon chien sniff ( il le fait expret mon chien) n'aillent pas aussi loin !