Dans la clinique il y a...les chats de cliniques

Publié le par loriane

Alors en tout véto qui se respecte, jeune, vieux, même après 30 ans de pratique, il y a une petite voix au fond à gauche du cerveau qui rappelle que véto, métier décidé quand on avait 10 ans, c'était pour sauver les animaux...

Et dans toutes les cliniques arrive un jour LE chat typique de clinique : défenestré ou accidenté généralement, juste assez cassé pour que les proprios n'ai pas les moyens/pas la motivation pour faire les réparations ou le garder en l'état, et pas assez cassé pour se jeter sur la piqure rose sans remords... Car l'adage dit "un chat, c'est increvable", et 5kg de poids vifs, sur une fracture, ça peut marcher quand même...

Et là, ça ne loupe pas, en général c'est option" cagothérapie" avec anti inflammatoires, régime "échantillons périmés", parfois attelle si nécessaire, et c'est le début du dilemme : réparer (=prendre du temps et de l'argent) pour un chat qui n'est à personne? Attendre "pour voir" et s'étonner devant la vitesse de réparation/adaptation de la bestiole?

Et puis voilà, on l'oublie un peu le chat de la cage du fond, on pense juste à remplir la gamelle d'échantillons le samedi midi pour le week-end et les ASV changent le bac, et plus le temps passe, moins le chat est "re-donnable", parce que si on n'a rien fait tout est réparé mais il y a une patte un peu plus courte que l'autre ou inutilisable, un oeil en moins ou le bassin a pile la largeur du colon mais ça rapproche drôlement les pattes arrières... Et son sort est scellé le jour où "litière" apparaît sur la liste des courses de la clinique, où le chat hérite d'un nom, où on commence à laisser la porte de la cage ouverte... Un chat de clinique est né!

Après, on s'engage pour quelques années avec un chat trônant comme un pape sur le comptoir de la clinique, jetant un oeil dédaigneux aux chiens dans la salle d'attente, les poils sur la chaise de la salle de consult, et qui ne cherche jamais à partir... c'est pas faute de laisser la porte d'entrée ouverte, mais non, faut croire qu'il veut rester!

Selon les cours de marketing un chat de clinique, c'est vendeur!! Paraît-il que ça donne une image d'"amoureux des animaux", comme si on devait le prouver... ;-)!

Et puis quand il n'y a pas de place à la clinique, il reste les vétos/ ASV /étudiants vétos qui craquent, j'avoue, Argus c'est mon premier job d'ASV ;-)!

Alors au cas où quelq'un serait motivé, ci-dessus c'est une chatte en instance, elle doit avoir 6 mois, il y a juste la patte avant gauche à refaire mais sinon en l'état elle fonctionne...

Commenter cet article

Anne-Marie 29/01/2007 22:50

Je te connais une petite mamie bien sympa du côté de Gratot...qui a de vieux chats maintenant et qui a récupéré il y a peu des minous d'une de ses voisines décédée...
Un de plus ne me semble pas impossible, il faut seulement venir avec la minette en Normandie...
Des bises

loriane 30/01/2007 07:57

hé ben tu vois que tu as réussis à mettre un commentaire :-)!bises!