Mon papa

Publié le par loriane

Mon papa était un motard, un vrai : je l'ai toujours connu avec une moto, italienne de préférence (sauf la dernière, il avait fait une infidélité aux Benelli et autres Guzzi pour une Japonaise). Il pouvait citer la marque et le modèle d'une moto rien qu'à l'écoute du bruit ( et presque 100% de réussite).
Quand j'étais petite, il était fière que j'explique que les italiennes "roulaient les r" alors que les japonaises faisaient un bruit de mouche. On a eu un side-car Jawa aussi, marque de l'ex Tchécoslovaquie, j'y suis montée dedans pour la première fois vers 1 an et demi, la légende racontant que le paquet de couche était calé sous le side. D'ailleurs, le premier mot que j'ai écrit a été le mot "moto" (facile, il y a toujours eu une pile de "moto journal" dans les toilettes...). On est même passé dans un "moto journal "avec le side car!!
Mon papa faisait beaucoup de mécanique (il réussissait toujours à dégoter les livrets techniques de ses motos).
Ma plus grande fierté c'était quand il venait me chercher à la sortie de l'école, collège, lycée, parce que je me la pétais grave devant l'oeil admiratif de mes congénères. Ca m'a fait rire, un collègue de collège retrouvé sur face book m'a parlé de mon père venant me chercher à la sortie...

Mon papa aimait la noblesse du cuir, il avait un blouson de cuir pour faire de la moto qu'il a usé jusqu'à la corde. On lui en avait acheté un nouveau, mais c'était pas pareil, la preuve il n'a jamais pu se résoudre à jeter l'ancien ,je l'ai retrouvé lorsque j'ai vidé son appartement.
Pour l'anecdote, une fois j'étais avec lui à Carrefour, il y avait un commercial qui faisait des promos flashs (vous voyez, le style "pendant 10 minutes, le 2ème paquet de lessive offert"), et on était à la caisse. Et là, le commercial annonce "un sac à dos en cuir PLEINE FLEUR à moitié prix pendant 5 minutes, vite ,messieurs dames!"... Hé ben mon père n'a pas pu s'empêcher d'aller en chercher un, pour réaliser à la sortie que le super sac-à-dos dont il avait besoin justement (parce qu'en plus il n'assumait pas ;-)!) n'avait qu'une seule bretelle...on a bien ri sur le retour.

Mon père puait des pieds, c'était l'horreur, au point que tu ne pouvais pas regarder la télé à coté de lui s'il avait enlevé ses chaussures! Il ne mettait que des chaussettes en "pur fil d'Ecosse" et des chaussures en cuir, forcément, pour limiter.

Mon papa était cruciverbiste, à chaque fois qu'on partait en vacances, il s'achetait un recueil, qu'il terminait pendant l'année. Il y en avait un à coté de son lit, même si on n'était pas parti en vacances ensemble depuis un bout de temps...

Mon papa faisait de la guitare classique, il avait appris tout seul, c'est sa grand-mère qui lui avait offert sa première guitare, et de l'harmonica. C'est lui qui m'a offert ma guitare électrique, et qui m'a appris les accords essentiels pour pouvoir jouer Nirvana et Hole lorsque j'avais 13-14 ans. Il jouait Léonard Cohen, Brassens, de la bossa...

Mon papa était super cultivé en musique classique, quand j'aurais un appart' je vais avoir une discothèque tant vinyle que CD à faire pâlir d'envie mon prof de hautbois. Il levait les bras au ciel quand je lui avouait que je ne connaissais pas mes morceaux de musique, il avait toujours le disque correspondant.

Mon papa était un "littéraire", un "lettreux" comme j'aimais à le charrier. Il était toujours là pour te sortir un mot impossible à recaser. D'ailleurs, je ne compte pas le nombre de paris qu'on a fait tous les 2 sur des définitions et des tournures grammaticales! J'ai d'ailleurs perdu le dernier en juin avec le mot "accorte", je lui avais envoyé le DVD de Stéphane Guillon qu'il avait bien aimé.

L'orthographe était l'un de ses chevaux de bataille, j'ai encore son "l'orthographe est la science des ânes" dans la tête, et le nombre de fois où il se plaignait du niveau en orthographe des jeunes recrues de sa société.

Mon papa était un scientifique contrarié, je pense qu'il aurait pu faire "S" : heureusement, je n'ai pas eu besoin longtemps de son aide à l'école, parce qu'il n'était PAS DU TOUT pédagogue avec moi, je me rappelle encore du soir où je me suis fais hurler dessus pendant 1h la règle de 3 que je ne comprenais pas en 3ème...

Mon papa savait lire les cartes, IGN de préférence, mais aussi trouver les chemins inexistants sur la carte (avec plus ou moins de chance, on s'est parfois retrouvé à devoir couper à travers bois, ce que je ne manquais pas de faire remarquer séchement!). Il savait faire du feu, et m'a appris à tailler des baguettes de noisetier pour enfiler les saucisses avant cuisson. Grâce à lui maintenant je sais regarder les courbes de niveau pour savoir si ça va monter ou descendre raide!

Mon papa aimait la nature, il aimait la faune sauvage locale, du hérisson au cerf, en passant par le renard. JAMAIS il n'aurait fait du mal à une bestiole. Il a même été un temps bénévole dans un centre de soins pour faune sauvage. Il a été très choqué de recevoir un jour une buse blessée qui avait été enroulée dans du scotch marron par le véto qui l'avait receptionnée... Mon papa lisait La Hulotte, le journal le plus lu dans les terriers, et nous avions tous les 2 (et j'ai encore) le macaron rouge "je lis la Hulotte" sur le pare-brise arrière de nos voitures respectives.

Mon papa haïssait les chasseurs qui l'empêchaient d'aller se balader en saison de chasse. Une fois, il se baladait quand même un week-end de chasse avec le chien en liberté, il a croisé un chasseur, contrarié que Léo (notre chien de l'époque, un Boxer) ne soit pas en laisse, le chasseur a même mis un coup de crosse sur la tête du chien, seulement il avait la tête dure,la crosse a fendu, et le chasseur voulait faire jouer l'assurance... Je vous laisse imaginer la réponse de mon père!

Mon père était un râleur, du genre à toujours trouver le verre à moitié vide. D'ailleurs pour prévenir les voisins, il avait accroché sur sa porte d'entrée une image de Robert Bidochon, que j'ai depuis accroché sur le tableau de bord de ma voiture. Je ne sais pas pourquoi, je crois que je n'ai pas gardé sa collection de BD des Bidochons, et je le regrette.
Mon père était technicien en informatique dans une grande entreprise. Il était rentré à une époque où on faisait sa carrière dans la même boîte. Il a très mal vécu les mutations managériales des dernières années, et sa placardisation progressive... Quand j'ai appelé son service pour annoncer sa mort, la première chose que mon interlocuteur a dit après un blanc c'est "c'est à cause du travail?!". Et quand j'ai rencontré la DRH pour récupérer ses affaires, elle a blanchit quand j'ai expliqué naïvement que mon père m'avait confié avoir fait demi-tour à la grille d'entrée n'ayant plus le courage d'aller au boulot. Il leur avait dit qu'il était en arrêt maladie pour "problèmes cardiaques"... Il fallait voir son soulagement quand je lui ai confirmé qu'il n'y avait pas de lettre parlant de ses difficultés professionnelles.

Mon père fumait beaucoup trop, 2 paquets par jour environ, ce qui fait que ça puait le tabac. Quand je rentrais de chez lui, je mettais tout à la machine. Je ne compte pas le nombre de bouquins et autres méthodes , de fausses cigarettes que j'ai pu lui envoyer pour qu'il arrête de fumer. avant hier à carrefour j'ai  hésité une fraction de seconde à acheter  "A ma dernière cigarette" de jean-louis Fournier avant de me souvenir que je ne l'enverrai pas. Je n'ai jamais fumé, au moins, ça aura servi à ça.

Mon père était préoccupé du regard des autres, trop probablement, et j'en ai sûrement hérité.

Mon père m'avait appris à conduire dans sa voiture sur le parking de Carrefour  AVANT que j'aille prendre la première leçon, pour que je fasse ma star et que je n'ai que 20h de conduite (encore le regard des autres...). J'appelais sa voiture de l'époque "le suppositoire", il avait le chic pour s'acheter des modèles impossibles.

Mon papa m'a accompagné le jour de la rentrée en 6ème, j'étais super fière, et il a détourné des tonnes de fournitures de bureau de son entreprise cette rentrée là (je voulais absolument TOUT ce qu'il y avait sur la ?//§%¨de liste de fournitures...). Mon papa me disait tous les ans "cette année, c'est sérieux".

Mon papa est venu à ma remise de diplôme de la 4ème année, il mettait pour les grandes occasions une veste en laine à col Mao que j'aimais bien, il faisait "chic-moderne-jeune" avec.

Mon papa n'est pas venu à ma thèse, soit disant parce que revoir ma grand-mère et mes tantes (pas revues depuis le divorce de mes parents) était trop lui demander : je lui en ai beaucoup voulu, ça a été la première fois où il m'a "abandonnée" j'aurais souhaité qu'il vienne en catimini au fond de la pièce, quitte à partir juste à la fin pour ne croiser personne. Mais je ne lui ai pas dit, vu que je sentis bien qu'il regrettait de ne pas être là. Et puis là, il m'a abandonnée pour de vrai.

Mon papa il faisait une super quiche lorraine, le truc était de mettre un peu de fromage rapé au centre avant de verser le mélange crème-oeufs battus. Il me faisait des tartines pain-beurre-nutella et surtout des "tartine inversée" de pain-nutella-beurre (et c'est dur d'étaler le beurre sur le nutella!) quand j'étais petite (et avant les consignes "ne mangez pas trop gras/sucré/salé"). Sur la liste des courses, il mettait tout le temps "farine", "éponges" et "sucre en pierre".

Mon père était chiant avec son anti-américanisme primaire et son anarchisme à 2 balles. Et il était chiant aussi quand il se lançait dans des diatribes anti éducation nationale (pan pour ma mère) et anti agriculture (ça c'était pour moi, je me retrouvais à devoir défendre les ingénieurs agronomes et leurs ogm, ou la politique agricole commune ou..., sans bien sûr maîtriser 1/4 du 1/10ème du sujet!)

Mon père faisait beaucoup de photos les dernières années, il avait monté un club, et a fait quelques expos. Je ne m'y intéressais pas trop, pensant que ça faisait partie de sa nouvelle vie. Peut-être qu'il a été déçu par mon manque d'intérêt pour ses tirages toujours trop flous d'après lui. On a des boîtes et des boîtes de photos à la maison, je pense essayer de les publier ou de les exposer, mais il faut que je me renseigne au point de vue droit vu qu'elles ne sont pas signées... Si un éditeur passe par ce blog, je suis preneuse d'infos!

Mon papa était mon référent informatique vu qu'il était de la partie, c'est lui qui a monté mon premier PC perso que je me suis acheté avec ma première paye du job d'été de mes 18 ans. On a eu un ordi dès mes 8 ans à la maison, je rédigeais mes journaux/romans sur le traitement de texte (déjà à l'époque!). Je suis allée 2 fois à son boulot pour aller surfer sur internet et imprimer des tonnes de tablatures et de paroles de chansons à l'époque où le net n'était pas rentré dans les maisons.

Mon papa avait toujours un conseil pour ma voiture. C'est lui qui m'a trouvé ma première caisse (une AX kway blanche, avec toit ouvrant à molette s'il vous plaît!). Je l'ai appelé à chaque fois que j'ai acheté une voiture, il savait toujours l'évaluation Euro NCAP du modèle choisi.

Mon papa communiquait surtout par mail et par téléhone avec moi : il me reste 2 mails que j'avais  heureusement oublié d'effacer, malheureusement sa voix je ne l'ai nulle part, on était une famille d'images et pas de son (appareil photo mais pas caméscope). Je le regrette maintenant, parce que j'aurais voulu avoir sa voix ailleurs que juste dans ma tête. Je l'ai eu au téléphone 4 jours avant sa mort, il m'a menti puisqu'il m'avait promis lors de cette conversation qu'il allait prendre soin de lui. Ou alors on n'avait pas la même conception du soin... Je ne sais pas pourquoi, je ne l'ai pas appelé pour lui dire que j'étais bien arrivée à ma destination de vacances (la veille de sa mort). Je le regrette évidemment, et c'est pire de se dire que peut-être je l'ai "senti" mais que je ne l'ai pas fait.

Mon papa ne voulait pas que mon premier chat, Shéba, née le jour de mes 7 ans, dorme avec moi : je l'entends encore me dire "juste ce soir et demain on ferme la porte de la chambre!". Shéba a dormi 13 ans dans mon cou, et maintenant j'ai Argus qui lui se blottit contre le ventre ou se met à mes pieds.

Mon papa s'occupait souvent de la lessive et du repassage (c'est assez rare dans la gent masculine pour être signalé!). Dans ma période "grunge" j'ai porté un de ses vieux jean et ses chemises de bucheron.

Mon papa était ODIEUX à l'approche de noël et de son anniversaire. Peut-être un rapport avec l'absence totale de sa famille (ses parents et sa soeur) que je n'ai jamais rencontrée, lors de son décès le gendarme qui s'est occupé de son dossier a pu retrouver ma tante paternelle, qui a informé les parents, mais je n'ai jamais eu de nouvelles. Je ne saurai jamais
exactement d'où cet abandon trouve son origine,  de toute façon, ça ne le ramènera pas. Par contre, la vengeance est un plat qui se mange froid, et je trouverai un moyen de les faire souffrir (un peu) en représaille de 30 ans d'ignorance glaciale. Attendons tranquillement la succession.

Mon papa était amateur de vin. Il paraît que mon grand-père paternel aurait dit un jour qu'il était le seul de ses gendres qui savait apprécier le vin (pardon Benoît et Didier!).

Mon papa faisait des cadeaux "technologiques", entre les clefs USB, les appareils photos numériques, les chaines hi-fi, la machine à pain... Il avait d'ailleurs une station météo, vous savez, le truc qui donne l'heure universelle et l'hygrométrie et la température etc, et je ne me rappelle pas si je l'ai gardé ou mis chez Emmaüs. Il avait une passion pour les pubs de Lidl et leurs produits "merdouilles électroniques".

Mon papa avait un humour noir de gauchiste, il était fan de Pierre Desproges, lisait les bidochons de Binet, Gotlib, le Canard Enchaîné (j'ai d'ailleurs décidé de m'abonner!), avait adoré découvrir Stéphane Guillon et je l'avais emmené voir Christophe Alévêque en avril. Je pense qu'il aurait adoré le buzz suite à la chronique sur DSK de Stéphane Guillon.

Mon papa il écoutait France Inter.

Mon papa était chiant avec "mets tes pantoufles" que j'ai entendu 243879 fois (bon depuis, je les mets mes pantoufles ;-)!).

Mon papa lisait des trucs déprimants, il avait une préférence pour les auteurs scandinaves ou asiatiques.

Même grande, je montais encore quelques fois sur les genoux de mon papa.

Mon papa avait des phrases style "le matériel avant les hommes" pour quand on rentrait de vacances et qu'il fallait tout ranger (mettre à sécher la tente etc) AVANT de faire glandette. Il avait un grand respect pour le bon matériel, j'ai d'ailleurs hérité d'une boite à outils de compétition avec des outils Facom, notre futur appart à refaire n'a qu'à bien se tenir!

Mon papa n'était pas une faignasse, il a toujours bossé dur. Il avait l'obsession des diplômes, et j'ai été programmée pour faire un "bac+5". Ou au moins d'essayer d'être la meilleure dans ce que je fais.

Mon papa était un fan de Brassens, il avait tatoué la vache avec une fleur sur la tête sur son épaule. il aimait léo Ferré, Bobby Lapointe, Brel, léonard Cohen. Et puis plein d'autres chanteurs "à texte". Quand j'ai su qu'il y avait une expo Brassens (2011) à Paris, je me suis dis que c'était dommage qu'il ne soit plus là parce que je lui aurais bien offert le séjour à paris pour y aller.
Sinon dans sa discothèque, on trouve du thiéfaine (époque 70-80), "les dingues et les fêlés", "Lorelei", "Gandja", qu'on se mettait à fond le samedi matin pour faire le ménage (ma mère étant instit, à l'époque elle bossait le samedi matin) pour ceux qui veulent aller faire un tour sur deezer. En fait, on se mettait n'importe quel disque pour passer l'aspirateur et la serpillère, l'important étant le volume...

Mon papa ne disait jamais rien sur son état d'esprit réel. Moi, et tous les autres, on n'a pas eu accès à ses pensées profondes, on est resté en surface. On ne l'a pas vraiment connu, finalement.

Mon papa aimait les gilets sans manches avec pleins de poches (style gibecières), et mettais des pulls "camionneurs". Il mettait des jeans en taille 40 de marque "complices". Le dernier on l'a acheté ensemble quand il est venu me voir là où je bossais dans la région centre.

Mon papa il faisait en "frais réels" pour sa déclaration d'impôts. Il déclarait en ligne depuis le début, et j'ai retrouvé des lettres adressées au FISC pas piquée des vers lorsqu'il a eu un contrôle fiscal, typique de lui!

Mon papa m'appelait "mon p'tit lapin" quand j'étais petite (et moyenne).

Mon papa aimait les Balistos, le café, les crèmes caramel, le fromage.

Mon papa était fier de voir que j'ai décidé de me mettre au hautbois, la noblesse de l'instrument (que je me suis offert!) lui plaisait, et je me souviens des nombreuses fois où je l'appelais quand il allait encore au boulot pour lui jouer mes morceaux au téléphone. Et puis la fois où j'ai joué dans la voiture (à l'arrêt!) en le ramenant à l'usine.

Mon papa était un grand migraineux. Parfois il se levait la nuit, mais il n'est jamais allé consulter un médecin pour ça, il se gavait d'Efferalgan ou d'Aspirine en attendant que ça passe. J'ai malheureusement probablement hérité de ses migraines, mais elles sont moins fréquentes heureusement!

Mon papa était fier de moi, il me l'a dit plein de fois. Mais je ne me remettrai jamais de l'affront qu'il a fait à l'enfant unique que je suis de ne pas rester vivant pour moi. Un sacré coup à mon amour-propre. Je n'ai pas été une raison suffisante (enfin peut-être que si, mais pendant 27 ans seulement).

Mon papa, il me manque, j'aurais jamais cru dire ça un jour, mais je donnerai tout pour sentir à nouveau  son odeur de cuir/fond de cendrier (beurk) mélangés à l'après rasage "Trimaran" d'yves rocher (acheté en quantité industrielle avant l'arrêt de la fabrication). Je sais que je vais beaucoup pleurer à l'ouverture des cartons stockés depuis 2 ans dans le garage : je n'ai pas su appliquer les méthodes du "parfum" de P. Suskïnd, et toute trace odorante sera envolée depuis longtemps. A ce moment là, j'aurais perdu l'odeur en plus du son.

Mon papa ne saura pas ce que je suis devenue, et c'est bien dommage.

Je vais pas arriver à m'en remettre de toutes façons, je vais juste devoir "vivre avec". Des fois je pleure 50 litres et je rajoute des petits trucs à cette page, c'est un article en perpétuel mouvement. Des fois je me dis que c'est une blague, qu'il est juste parti et qu'il va revenir. Dès fois je suis prise de vertige de réaliser que je ne l'entendrai ni ne le verrai plus jamais.
Des fois je me regarde dans la glace et je recherche ses traits : j'ai sa ride du lion c'est sûr, pour le reste c'est difficile de dire.

Mon père a toujours dit qu'il mourrait avant la retraite : il a tenu parole, il s'est suicidé à 52 ans.
002.JPG
003.JPG

Publié dans Papa

Commenter cet article

caroline 08/03/2012 15:54


C'est un très bel hommage à ton père que je revois moi-aussi avec son cuir, sa moto, sa cigarette. Souvenirs d'un week-end dans les cévennes de discussions motos avec Jean-François, de ballades
... C'est comme cela que tu le gardes un peu vivant et que tu le feras connaître à tes enfants.


bises Caro

Julia 07/02/2012 13:18


Je lance HFT à fond avant de faire le ménage, ou dans la voiture quand j'ai un coup de blues. Mon papa à moi aimait les voitures. Le manque d'un père ça fait mal. De tout coeur avec vous.

lo 07/02/2012 22:21



merci pour ce petit mot! Je ne regrette vraiment pas cet article : les com' qui arrivent parfois dessus me font penser à lui, et si ça fait penser à d'autres papas,
c'est encore mieux...



Pierre 09/12/2010 17:50



Bonjour,


je trouve tes mots très chouette.


ton Papa doit ètre très fier de toi.


j'espere que le mien aussi.


Cordialement


Pierre



lo 09/12/2010 21:53



merci!



chrystele 09/10/2010 21:05



Bonsoir,


C'est vraiment un très bel hommage que vous avez rendu à votre papa il m'a beaucoup ému...



lo 10/10/2010 19:39



merci!



Echa 01/10/2010 08:43



Je viens de tomber par hasard sur ce très bel hommage, c'est très émouvant... Sans l'avoir connu, et sans vous connaitre vous, je suis malgré tout très touchée et émue par ces mots. A travers ces
lignes on sent tout l'amour que vous avez pour lui et surtout celui qu'il avait pour vous...


Je vous souhaite de continuer a avancer dans votre vie en gardant au fond de votre coeur tout les bons moments et toutes les bonnes choses qu'il vous a laissées et qu'il vous a apprises...



lo 01/10/2010 10:50



Merci c'est gentil